Dans quelques jours, c’est l’anniversaire d’Institubes. 7 ans. L’occasion pour Vousyetes !* de revenir un peu sur l’histoire du label et son actualité, histoire de voir s’il a atteint comme on dit connement « l’âge de raison ».

L’histoire d’Institubes remonte à 2003, quand Teki Latex (le premier T de TTC), Tacteel (un des producteurs de TTC) et Jean-René Etienne (couramment appelé JR et ami de Teki à la base) décident de fonder un label.

En termes de genre, l’idée est de faire le pont entre musique électronique et hip hop et ainsi de casser la frontière que les majors imposaient alors entre les styles musicaux.

En termes d’ambition, les créateurs visent gros comme l’annonce le nom, contraction d’institut, et de tube. Les premières sorties reflètent ces deux idées, avec notamment les maxis de Para One et l’album de l’Atelier (Tacteel et Para à la prod., Cyanure, Fuzati, James Delleck et Teki Latex au micro).

Très vite, la famille d’origine, surtout axée au départ autour des producteurs et MCs de TTC, s’agrandit avec l’arrivée dans le label de Surkin, Bobmo et Das Glow. Parallèlement la réputation du label grossit, soutenue par les nombreuses sorties (4 EP en 2005 ; 6 EP, une mixtape et un album en 2006 ; 10 EP, 3 albums et une mixtape en 2007, etc…) et l’organisation des soirées ‘Alors les filles’.

Et puis, une année 2008 un peu plus calme avant un gros tournant en janvier 2009 avec la création de trois sous-labels au sein même d’Institubes: Stunts pour le rap, Sound Pellegrino pour l’électro minimale festive et Unsunned pour la pop. Avec la création de ces entités, Institubes assume officiellement la diversité de ses artistes. Young Pulse le DJ/beatmaker rap de Stunts cohabite désormais avec les producteurs d’électro-pop tarbais de Château Marmont au sein du même label.

Mais ce n’est qu’aujourd’hui que ce changement se fait réellement sortir avec l’apparition d’univers réellement distincts. Sound Pellegrino sort désormais chaque mois un EP de techno festive (en fait le genre est plus difficile que cela à qualifier tant les sorties bousculent l’idée de genre, mais il faut faire simple hein) à chaque fois d’un artiste et avec des remixeurs différents et uniquement au format numérique (ce qui a son importance sur le plan du business model). Unsunned sort  des EPs de pop très travaillée, voire expérimentale (cf. le Dodécalogue de Rob, membre du groupe Phoenix). Stunts se dédie surtout à la production de mixtapes de street Hip Hop.

Du coup, le label dans son ensemble a désormais une activité étourdissante. Ainsi dans les jours qui viennent,  sont prévus des EPs de :

Et on attend également prochainement des albums de Tacteel, Surkin et Cuizinier, tandis que David Rubato, Para One, Tahiti Boy, Château Marmont, Tacteel et Rob viennent d’achever la production de l’album d’Alizée sous la direction de JR (Une Enfant du Siècle, sortie le 28 mars – et oui, c’est l’Alizée de Gourmandises et tout et tout, celle dont on était amoureux il y a 10 ans) .

Que penser de ce changement pour Institubes ? Le label n’est-il pas en train de s’éparpiller ? N’y a-t-il pas un risque qu’il y perde son identité, écartelé entre le fun de Sound Pellegrino, l’exigence d’Unsunned et la voyouterie de Stunts? N’est-t-il pas devenu une trop grosse machine avec la signature de trop d’artistes?

Il est vrai que la création de ces sous-labels semble traduire un retour aux systèmes de classification des majors et donc une trahison de l’ambition d’origine de fusion des genres, avec désormais un label dédié à chaque grand genre (électro, pop, hip hop). Il est vrai également que certains artistes qui ont fait la réputation du label à ses débuts semblent aujourd’hui perdre de leur créativité  (Bobmo notamment passe aujourd’hui plus pour un fantôme de boîte de nuit que pour un Dj tandis que Para One paraît avoir marqué une grosse pause en 2009), ce qui traduirait une certaine fatigue des principes de départ d’Institubes. On peut également être surpris de l’écart de style qui s’est creusé au sein du label avec une même entité sortant notamment un EP de Crystal et un album de Joke.

Mais, la création de sous-labels et l’ouverture à de nouveaux artistes permettent à Institubes d’élargir son champ d’expression tout en restant fidèle aux exigences d’innovation et de qualité posées au moment de la création du label. De plus sa croissance  est le signe d’un dynamisme qui n’est pas forcément le même chez d’autres labels français (il suffit de regarder Ed Banger, dont le son évolue à la vitesse d’une limace à vélo et chez qui les nouvelles têtes se font rares depuis deux-trois ans). Enfin, on peut considérer que cette création de sous-labels et le développement d’autres styles qui apparaissent sont un bon moyen de redonner de la créativité et du dynamisme dans un domaine ou les conservatismes ont souvent raison des artistes.

Bref, au bout de 7 ans, on peut dire qu’Institubes reste un enfant turbulent en pleine croissance… Longue vie au label !

Références :

http://www.xlr8r.com/features/2007/10/institubes-backpack-hip-hop-head

http://www.90bpm.net/grosplan/le-label-institubes.htm

http://brain-magazine.com/index.php?option=com_content&view=article&id=3392:alizee-une-fille-dans-le-vent&catid=94:accueil&Itemid=6

http://www.stageoftheart.net/art/House-Of-Kids-Conversation-avec-Jean-Rene-Etienne-295

http://fr.wikipedhttp://vousyetes.fr/wp-admin/post.php?action=edit&post=865&message=1ia.org/wiki/Institubes

http://www.tsugi.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=2239&Itemid=9

Downloads :

L-VIS  1990 – United Groove (Sound Pellegrino Thermal Team VIP dub)

Gucci Vump – Sha! Shtil! (L-Vis 1990 VIP remix)

Alizée – Limelight (prod. Château Marmont)

Teki Latex feat. Jérôme Echenoz – Hyper Là (prod. Nat Self)

Joke (feat. Charly Greane) – Bang Bros (prod. Orgasmic)

Autres liens :

http://institubes.com/ : le nouveau site d’Institubes

http://institubes.tumblr.com/ : le blog officiel d’Institubes

http://stunts.tumblr.com/ : le blog officiel de Stunts

http://soundpellegrino.tumblr.com/ : le blog officiel de Sound Pellegrino

Comments

comments