On a croisé Leonard de Leonard (boss du label) au Festival Krake à Berlin au détour d’un bambou. Interview express, pour label de qualité.
[superquote] »Je parle l’allemand du restaurant, je peux commander des frites et des saucisses »[/superquote] Vous y êtes!* : Ou en es-tu avec Leonizer Records ?

Léonard : Alors avec Leonizer Records, j’en suis où… j’ai sorti un nouvel artiste Rodeo, c’est une nana super bien, mais aussi She’s Drunk, un mec qui fait de l’Electronica bien péchue, bien Dancefloor, on vient de sortir un nouvel EP de Transformer Di Roboter qui est un vieux de la vieille de Berlin, je vais sortir un nouvel EP de Delect qui est mon side project avec Chris de Luca. Il se passe plein de trucs ça arrête pas.

V!* : Et Berlin, la vie ici, tu la sens comment ?

L : Ce soir on est à la Kantine du Berghain, on vient voir Hard Ton avec qui je bosse, je suis en train de faire un EP avec lui. Il fait chaud, on sue tous. Il vient juste de passer, c’est le mec ficelé qui chante.

V!* : Du coup tu es basé à Berlin ? Ca fait longtemps que tu habites ici ? Tu parles Allemand ?

L : Oui , j’habite ici depuis 6 ans, mais je ne parle pas Allemand, je parle Anglais, Français et je parle l’allemand du restaurant, je peux commander des frites et des saucisses, des bières, et des vodka-mate.

V!* : Ca doit être un peu mort en ce moment Berlin ?

L : Oh ça bouge Berlin, il y a pas mal de trucs. Il y a beaucoup plus de touristes du coup c’est différent entre Berlin hors saison et Berlin l’été, c’est deux villes carrément différentes, mais il y a plein de clubs qui sont ouverts tous les jours genre le Weekend qui font leurs soirée sur le toit…

V!* : Amuse toi bien, on se voit en France si tu passes.

Comments

comments