Copyright : lyon69.net

Avant Le Commencement

1er juin 2011, 12h14, je me lève, fatigue de la nuit précédente pour des raisons indépendantes de ma volonté. Dehors ça commence mal. Il pleut, il fait froid : on va devoir ressortir les impers. Bon, la météo est encourageante… moins de pluie vers 14h.

Inauguration

Comme à son habitude la piscine du Rhône offre un son de qualité, scène sur le devant. Je retiendrais juste un très bon set de Acid Washed, très Electro Nu Disco. Par contre je déplore le  cafouillage total pour Theo de Montgomery ! On ne s’arrête pas sur ce détail et on enchaine sur un petit before avant le Marché Gare.

Nuit 1

Arrivée sur place. Organisation parfaite, pas d’attente, j’avance. J’arrive sur un passage assez psychédélique au premier abord : une grande tour qui envoi du son au passage des gens. Elle deviendra un passage obligatoire pour toutes les Nuits, à l’aller et au retour.

Scène 3 – 2h02

Levon Vincent est au top de ça forme. Ce jeune New-Yorkais, ramène au gout du jour la house américaine bien profonde. J’en prends plein les oreilles. Pour ce qui est de la lumière, des vagues de lumière déferlent sur le public encore un peu timide. C’est magnifique.

Scène 1 – 2h25

J’arrive ensuite sur la Scène 1 pour voir le début du duo de pointure Allemands, Black Rose. Ils commencent très fort. Le plafond est quadrillé de LEDs, je décolle. Deux heures plus tard, je decide (pas trop en fait) d’aller Scène 3.

Scène 3 – 4h34

Onur Özer m’étais inconnu jusqu’alors. Fidèle à ce que j’ai pu écouter de lui, il balance de la Minimale bien mécanique. Il me menera jusqu’à la fin du Marché Gare. Je rejoins mes acolytes, et direction le Rem’s pour un after qui finira vers 7h30 pour ma part (je vous épargne les détails, certes amusants mais très gênants).

Nuit 2

Ayant attaquer trop fort la veille, je me décide très tard où nous allons faire cette soirée. Devant l’heure tardive, nous décidons de voir Monika Kruse à la Cour des Grands. Mauvais Choix. La Cour des Grands c’est parti : longue file d’attente, des connards qui envoient des œufs, pas cool.

Entrée – 1h17

On entre, l’organisation n’est pas au top. Beaucoup d’attente pour pas grand chose. Je ne ressens pas l’esprit Nuits Sonores… Bref passage au vestiaire et direction Salle 1. Le son est bon, Atix chauffe la salle, on attend Monika Kruse. Quarante minutes plus tard, elle arrive sur scène. Attention les yeux, Techno de fou furieux, pointue et profonde. Malgré toutes ces qualités, elle n’arrive pas à faire aussi bien que d’habitude à mon gout.

Salle 1 – 4h56

Après plusieurs aller/retour de « clopinages » effrenés, retour dans la salle pour D’Jamency. Et la c’est l’envolée. Les tracks s’enchainent sans une fausse note, et le rythme galope. D’Jamency fait mal !

All Day Long 2

En route pour Dennis Ferrer à la piscine du Rhône, je croise l’emBUScade : très bon concept. Le DJ est placé sur un bus à la fresh. Du son de blogosphere, mais ça passe. Je n’y reste pas longtemps. J’arrive à la piscine. C’est sur Argy que je tombe. Il envoit une Tech/House de qualité on a enfin de la chaleur et du bon son. Je suis comblé. Je ne reste pas pour Dennis Ferrer malheureusement, j’ai rendez-vous au Soul Passage.

Soul Passage

C’était pas à coter. Par contre ça vaut le coup ! Bonne ambiance, comme son nom l’indique, Soul, Funk et Délire. C’est blindé, le lieu est magique, on revisite les classiques ! 19h30, après la musique africaine, place au gros Kuduro. On se gave de bonnes vibes electro/africaines. 19h58, Funk & Disco se mêlent aux rythmes africains.

Nuit 3

Entrée – 23h

Direction le Marche Gare pour la soit-disant « meilleure » Nuit. Au programme Assassin, Caribou, et tant d’autres…

Scène 3 – 23h32

J’entre, toujours la grande tour psychédélique. Il y a beaucoup de monde. La soirée est complète. Souleance : Duo complémentaire, ils commencent sur de l’électro hip-hop. Le set est bizarre quand même. Ensuite c’est au tour de Assassin : c’est parti pour 1h de chaud hip-hop à la française. Je cite les paroles d’une personne magiquement intéressante.

M. Villatte : « J’ai décollé mon frère, putain de flow, par contre le son moyen au niveau de la qualité sonore, les gens super cool, et putain ça faisais du bien d’avoir un groupe tel qu’Assassin au Nuits Sonores. »

Scène 4 – 1h16

Je suis un féru de musique électronique donc je m’en vais vite de Assassin pour rejoindre Nina Kraviz. Enfin de la musique électronique ! Set carré, et il faut avouer qu’elle est belle à regarder se déhancher devant le public. Pour Caribou qui est Scène 1, je passe en coup de vent. Malgré tout l’enthousiasme du monde je n’accroche pas… mais bon d’après l’avis général ils ont envoyé, le paté à la fin. Pas convaincu. Je retourne Scène 4, pour Craig Richards. Le DJ de la Fabric, me scotche jusqu’a ce que je me rapelle d’Agoria.

Scène 1 – 2h25

Agoria enfin du lourd. Je ne suis pas le plus grand fan de cet artiste. Cependant, par rapport à l’année dernière, il cartonne. Grosse Tech/House du début à la fin. Gentiment je t’imole (cf. M.Villatte).

Nuit 4

Home – 17h43
La pluie se met a tomber. Vive les Pluies Sonore. Après les Nuls Sonores (rires). Impossible d’aller à la piscine du Rhône, pluie torrentielle. La fatigue commence aussi à ce faire ressentir. On ne vous dis pas tout.

Scène 3 – 2h30

Je me dirige devant la scène pour Joy Orbison. Entre Garage et House, le londonien fait honneur à sa patrie. Je flotte sur la foule.

Scène 1 – 3h15

Reboot fais monter la pression. J’avoue ne pas être en mesure de qualifier les tracks qui sont passés. Je vous laisse juger par vous même.

Scène 3 – 04h11

Je reviens scène 3, pour M.A.N.D.Y. C’est la première fois de ma vie que j’arrive à fumer une clope mouillée. L’ambiance est à son maximum. Une fois le set finit grosse peur, vite refrénée par le son de la scène 1 qui attire tout le monde pour le final. Fin du Marché Gare sur scène 1 : très beau spectacle. Les lumières s’allument, la musique s’arrête, ça y est c’est finis.

Bilan

La Nuit 4 était le soir Nuits Sonores. Malgré plusieurs problèmes remarquables (trop d’éclectisme musical, certaines soirées très mal organisées ou alors on était mal reçus, etc…), les Nuits Sonores restent un festival à ne louper sous aucun prétexte. Cette année était la dernière année au Marché Gare, je souhaite à tout le monde de garder un souvenir mémorable de cette édition. La face des Nuits Sonores ne sera plus jamais la même. Votre Moi.

Bonus

Pas mal de médias sont impliqués dans ces Nuits Sonores. Je vous laisse quelques liens en vrac qui ont bien plus à l’équipe. Merci à tous. Je retiendrai vraiment l’équipe de Cumulus pour leurs vidéos génialissimes.

Sinon félicitations à Revue Rayon Frais pour leurs reportages vidéos même si ils manquent de pêche.

Links

Nuits Sonores 2011

 

Comments

comments